vendredi 31 octobre 2008

JJ GILTINAN INTERNATIONAL CHAMPIONSHIP - JOUR 6 -





Mon ami Noel Fleet, président de la classe Néo-Zélandaise de 18 pieds








Mon ami Allan Baron, surnommé "SNOOPY", pour des raisons obscures...


KO AVANT LA LIMITE POUR GOTTA LOVE IT !

C’est donc finalement la jeunesse qui triomphe cette année en baie de Sydney. En finissant premiers de la cinquième manche et seconds de la sixième, toutes deux courues dans une brise d’une quinzaine de nœuds, Seve Jarvin et ses deux coéquipiers sont, chose rare, parvenu a s’octroyer le prestigieux trophée du JJ Giltinan Trophy International Championship avant la limite. C’est maintenant dans leur sillage que tout se joue pour les places d’honneur. La septième et dernière manche sera décisive
!

Fiat, Asko Appliances, Omega Smeg, Club Marine, une fois leur plus mauvais résultat ôté (7 manches courues permettant de retirer la plus mauvaise pour chaque équipage) peuvent chacun légitimement prétendre à une place de choix dans cette dernière ligne droite. Rôdés aux affrontements de haut niveau, ces équipages d’expérience n’ont rien pu faire contre la détermination et surtout l’excellente navigation dont Seve Jarvin et ses jeunes équipiers ont fait la démonstration. Auteur de très bons départs, disposant en tout circonstance d’une vitesse légèrement supérieure à leurs poursuivant directs, très fluides dans les manœuvres, le jeune équipage second l’an dernier s’est montré extrêmement régulier aux avant postes puisqu’il n’a jamais terminé au-delà de la seconde place…

C’est dans les duels tactiques que les hommes de Gotta Love It 7 ont montré leurs limites, contre Fiat notamment. Double vainqueur aujourd’hui dépossédé de son titre, Michael Coxon a tout de même eu le temps de donner une petite leçon de match racing au jeune équipage du bateau rouge sur les manches 3 et 4, sans être assez régulier pour parvenir à l’emporter au final. Même chose pour Trevor Barnabas qui, après un départ canon, a rencontré quelques problèmes de régularité et connu quelques soucis techniques suite à une collision avec South Cross Construction. Une manche de 15ème plombe sérieusement son total provisoire (35,5). Une victoire demain pourrait lui offrir une belle place sur le podium, tout comme Hugh Stodart à la barre d’Asko Appliances (25), toujours très bien placé, Fiat évidemment (23) ou encore Club Marine (42), qui une fois ôté sa contre performance de 13ème dans la troisième manche est tout à fait en mesure de rejoindre les plus hautes marches du classement.

La dernière manche, sans réserver le suspens du vainqueur, promet donc de beaux affrontements entre les plus sérieux prétendants au podium, sans compter que derrière, nombre d’équipages auront à cœur de se battre pour entrer dans le top 10 de cette prestigieuse compétition. Et puis se placer dans les 20 reste un objectif plus que respectable si l’on considère que c’est généralement le niveau que parviennent à atteindre les meilleurs équipages européens, absents cette année. Bref, le niveau de navigation global du « JJ » est tellement élevé que l’on serait tenter de dire qu’une place d’avant dernier mérite une certaine considération…Classement complet et définitif demain !

JJ GILTINAN INTERNATIONAL CHAMPIONSHIP - JOUR 5 -








Pilote émérite du MEDIACAT (catamaran en aluminium propulsé par deux Yamaha de 70 CV, dédié aux médias), Bob Killick est aussi à l'aise pour vous transporter en toute sécurité au beau milieu d'une flotte de 18 pieds lancés à pleine vitesse que pour commenter les moments forts de la course...le plus souvent en même temps !

mardi 28 octobre 2008

JJ GILTINAN INTERNATIONAL CHAMPIONSHIP - JOUR 4 -






video
JJ GILTINAN INTERNATIONAL CHAMPIONSHIP - JOUR 3 -








VALEURS SURES, BELLES SURPRISES ET PETITES DECEPTIONS

Dans un vent d’Est-Nord-Est très irrégulier en force, oscillant entre 5 et 12 nœuds, les 29 équipages engagés dans l’édition 2008 du JJ Giltinan International Championship ont dû mobiliser toute leur connaissance de la baie de Sydney, si imprévisible dans les airs légers. Reste que s’il fallait un peu de chance pour s’extraire au mieux de ces vents erratiques, ce sont les régatiers les plus expérimentés qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu, pendant qu’un tout jeune équipage se montrait très inspiré et qu’un vétéran du JJ passait à côté de cette troisième manche.


Et ce sont d’abord les hommes de Fiat, emmenés par le double vainqueur et actuel tenant du titre Michael Coxon qu’il faut féliciter. Au terme d’1 h 24 et 31 secondes de course, ils devançaient la jeune garde de Gotta Love It Seven (Seve Jarvin), jusque là dominante avec deux larges victoires, de plus de 4 minutes. Deuxièmes à la première marque, l’équipage du skiff défendant les couleurs de la célèbre marque italienne n’a cessé d’enchaîner les options décisives et de creuser l’écart, optimisant parfaitement les moindres effets de site, les petites variations et autres poches de vent.

Mais si les experts sont visiblement et logiquement les plus prompts à déjouer tout les pièges d’un plan d’eau difficile dans ces conditions légères, les jeunes équipages moins expérimentés peuvent, avec un peu de chance et de détermination, créer de véritables surprises. Habitués des chavirages à répétition et 20èmes des deux premières manches, James Moor et ses deux coéquipiers réalisaient la performance de leur jeune carrière sportive. Très rapides dans les petits airs et stratégiquement inspirés, ils parviennent à accrocher le podium de cette troisième confrontation, un peu plus de 4 minutes derrière Gotta Love It 7.

Viennent ensuite les hommes d’Asko (Hugh Stodart), troisièmes l’an dernier et toujours bien placés, les Néozélandais de CT Sailbattens (Phil Airey), Rag & Famish (John Harris), Fisher and Paykel (Andrew Cuddihy) et Macquirie Real Estate (Micah Lane). Le premier et seul bateau anglais se place 10ème, avec à sa barre un remplaçant de prestige, l’Australien Euan Mc Nicol, ancien skipper de Club Marine vainqueur du Trophée en 2005. Jarrod Simpson, fine lame british se consacrant uniquement au circuit international de 18 pieds, n’a pas à rougir pour autant puisqu’il avait terminé à la même place lors de la première manche, avant de se blesser à un genou.

La mauvaise surprise du jour venait d’Omega Smeg. Skippé par l’éminent revenant Trevor Barnabas, cinq fois vainqueur du JJ et auteur de deux très belles premières manches de second, le skiff rouge se trouvait englué au départ et ne réussissait pas à recoller à la tête de la flotte. Après avoir malgré tout réussi à remonter quelques concurrents, il ne parvenait pas à terminer mieux que 15ème, près d’un quart d’heure après Fiat…A noter également les résultats décevants d’Howie Hamlin sur Wild Oats Chardonnay (anciennement Pegasus Racing). Double vainqueur en 2002 et 2003 et cinquième l’année dernière, il signe sa plus mauvaise place, 24ème, après une place de 8ème et 10ème, la faute semble-t-il à des voiles vieillissantes (4 ans) et un manque d’entraînement.

Le reste de la flotte finissait globalement « dans l’ordre des choses ». A noter tout de même la douzième place de Grant Rollerson (ancien skipper de De Longhi) sur son noir et flambant neuf Slam. Après deux premières manches de prise en main (22ème et 19ème), le skipper remonte à un niveau plus proche de ses habitudes.

Au terme de trois jours, tout reste encore à faire sachant qu’au classement d’une manche correspond le nombre exact de point (1er = 1 pt, 2ème = 2 pts, etc), même si l’équipage de Gotta Love It 7 semble pour l’instant légèrement au dessus des meilleurs. Il devance, avec 4 pts seulement, le classement général provisoire, devant Asko Appliance (11 pts), Fiat (14 pts) et Omega Smeg (19 pts), redescendu à la 4ème place après sa contre performance dans la troisième manche. Le premier équipage Néo-Zélandais se classe pour l’instant 5ème, avec 20 pts. Sachant que si les 7 manches sont courues, la plus mauvaise de chaque équipage sera retirée, il est peu probable que le vainqueur soit désigné avant la dernière manche. A suivre toujours…
JJ GILTINAN INTERNATIONAL CHAMPIONSHIP 2008 - JOUR 1 -

/>






CONFLITS DE GENERATIONS EN PERSPECTIVE

Championnat du monde officieux de la classe des 18 pieds Australiens, le JJ Giltinan International Championship débutait ce vendredi en baie de Sydney. Dans des conditions de vent moyennes, oscillant entre 10 et 20 nœuds, une trentaine d’équipages ont débuté une âpre confrontation qui va durer jusqu’au dimanche 24 février. Entre revenants prestigieux, équipages aguerris et jeunes ambitieux à la réussite insolente, l’édition 2008 du fameux JJ promet une belle dramaturgie sportive, dans une arène magnifique.

Récents vainqueurs des Championnats de Nouvelles Galles du Sud et d’Australie, le jeune équipage de Gotta Love It 7 composé de Seve Jarvin, Sam Newton et Robert Bell seront ainsi les hommes à battre de cette édition 2008. Un entraînement intense et de longues heures passées sur l’eau sur la surveillance et les conseils avisés de leur coach Andrew Palfrey les ont fait passé en un temps éclair du statut de bizuth à celui de favoris (rappelons qu’ils avaient, au terme d’une première année de compétition, terminé deuxièmes du JJ l’an dernier…).

Reste que leur solide mais jeune mental de compétiteurs devrait être mis à rude épreuve tout au long des 7 jours de compétition que compte le JJ Giltinan International Trophy. Au terme de l’invitation race (course « d’entraînement ») et de la première course courues en baie de Sydney ces vendredi 15 et samedi 16 février, ils ne se sont visiblement pas encombré de complexes puisqu’ils trustent sur chacune des deux manches la plus haute marche du podium.

Disputées dans un vent de sud /est, ces premières hostilités ont montré que les meilleurs équipages étaient bien au rendez-vous, à commencer par le vainqueur des deux dernières éditions Michael Coxon (Fiat), le Néo-Zélandais Phil Arey (CT Sailbattens) et Hugh Stodart (Asko Appliances). La surprise vient plus sûrement du retour tonitruant d’un des acteurs les plus reconnus de l’univers très sélectif des 18 pieds.

Plusieurs fois vainqueur du prestigieux Trophée (en 1987, 88, 97 et 98), Trevor Barnabas (père du solide Trend « The Weapon » Barnabas naviguant en tant qu’équipier d’Howie Hamlin à bord de Pegasus Racing rebaptisé cette année du nom de son nouveau sponsor Wild Oats Chardonnay) est de retour aux affaires ! Troisième lors de l’Invitation Race et deuxième de la première manche, il a montré avec son équipage, à bord d’Omega Smeg, une belle maîtrise du plan d’eau (pourtant très difficile a lire) et une impressionnante capacité à remonter un a un ses adversaires.

Reste qu’il faut le plus souvent attendre la septième et dernière manche pour connaître le nom du vainqueur lors de cette formidable compétition. Les ruses sont nombreuses en baie de Sydney. Les courants, les effets de sites et la densité du trafic peuvent mettre à mal les stratégies et les réglages les plus affûtés. La fougue, l’expérience, la jeunesse, un matériel bien réglé, la connaissance du plan d’eau, une certaine capacité à provoquer la chance…tous ces éléments, combinés en des proportions différentes selon les équipages, seront indispensables pour embrasser la victoire finale. A suivre donc !


1 – Gotta Love it 7
2 – Fiat
3 – Omega Smeg
4 – Asko Appliances
5 – Rag & Famish Hotel

Résultats complets sur www.18footers.com.au